Présentation du projet PRCS

L’ENSEA a signé le 18 juillet 2016 un protocole d’accord avec l’un de ses partenaires institutionnels, la Banque Africaine de Développement (BAD), agissant en sa qualité d’administrateur du Programme multinational de Renforcement des Capacités Statistiques (PRCS) pour la Gestion axée sur les résultats en matière de développement.

Le Programme « Renforcement des Capacités Statistiques » constitue une réponse au besoin de relever les défis que représentent la disponibilité de statistiques exactes et fiables en Afrique et la mobilisation de partenaires financiers. A travers, le renforcement des capacités des institutions chargées des statistiques, ce programme couvre tous les 54 pays membres régionaux.

Il permet d’assurer l’assistance technique et la formation tout en investissant dans les capacités des systèmes statistiques nationaux des pays membres régionaux (PMR) participants.

Des producteurs et utilisateurs des statistiques officielles figurent parmi les bénéficiaires, notamment les agences nationales des statistiques, les décideurs nationaux, les entreprises et les investisseurs, les chercheurs et les analystes, les citoyens des PMR, les Organisations sous-régionales (OSR) et les Centres de formation statistique (CFS).

Ce programme contribue au développement de systèmes de statistiques plus efficaces qui répondent aux besoins de données pour un développement national dans les pays membres, pour servir de base à la réalisation des objectifs de développement durable et faciliter une plus grande efficacité des opérations de la Banque dans les pays membres. Le programme comprend cinq composantes distinctes, mais étroitement liées, à savoir :

  • L’amélioration des statistiques économiques;
  • L’amélioration des statistiques sociales;
  • l’amélioration de la production, de la gestion et de la diffusion des données – autoroute de l’information en Afrique;
  • La planification stratégique, l’élaboration de systèmes, la coordination et la formation;
  • La gestion et l’exécution de Programme.

Les activités entreprise par l’ENSEA dans le cadre du Programme, se rapportent à la composante Planification stratégique, élaboration de systèmes, coordination et formation.

Objectifs du projet PRCS

Un diagnostic rapide de l’état des ressources humaines dans les Services Statistiques Nationaux (SSN) d’Afrique met en évidence que les principaux problèmes sont le nombre en général peu élevé de cadres ayant reçu une formation adéquate en statistique et la faiblesse des opportunités de recyclage pour les statisticiens et non statisticiens. L’accompagnement des Centres de Formation en Statistique, confrontés à des difficultés de mobilisation des ressources, est donc un enjeu fondamental dans la réponse à ces problèmes.

L’appui fourni par la Banque Africaine de Développement (BAD) relève de cet accompagnement et doit permettre à terme d’améliorer qualitativement et la quantitativement la production statistique des SSN africains.

De manière générale, l’objectif du projet de l’ENSEA, dans la phase IV du PRCS, est « de contribuer à renforcer les compétences des ressources humaines mises à la disposition des SSN africains ».

Par ailleurs, il s’agira de façon spécifique de :

  • Perfectionner les agents des Instituts nationaux de statistique et des services statistiques sectoriels ;
  • Appuyer la formation des jeunes statisticiens africains ;
  • Consolider les performances des enseignants et du personnel administratif.

Principales activités et Résultats attendus

Durant la phase IV du PRCS, les actions de l’ENSEA, s’articulent autour des trois (3) activités présentées ci-dessus :

Activité 1 : Perfectionnement des agents des Services statistiques nationaux

L’intérêt de disposer de statistiques fiables et de qualité pour la formulation et le suivi de politiques économiques n’est plus à démontrer. Malheureusement, malgré les efforts entrepris, il existe en Afrique un manque de ressources humaines de qualité et en quantité suffisantes. Au-delà des Instituts Nationaux de Statistique (INS), généralement bien pourvus, d’autres services statistiques ayant pourtant un rôle important, connaissent d’énormes difficultés de production et d’analyse statistiques du fait du faible nombre de cadre statisticiens. Il s’agit notamment de la plupart des services statistiques sectoriels comme par exemple ceux en charge de l’agriculture ou de l’éducation.

Dans quatre secteurs (l’éducation, l’agriculture, l’économie locale et l’intégration régionale), les enseignants de l’ENSEA ont développé une certaine expertise qui est aujourd’hui mise à profit pour la conduite d’étude pour le compte des organisations internationales. Il s’agit,

* pour les statistiques de l’éducation, de Sika Lazare et Mosso Rosine ;

* pour les statistiques de l’agriculture, de Kouadjo Jean Marc et Nayo Ankouvi ;

* pour l’économie locale, de Kouadio Kouassi Hugues ;

* et pour l’intégration régionale, de Esso Loesse Jacques et Fé Doukouré Charles ;

Tous enseignants chercheurs à l’ENSEA et dont les CV sont disponibles sur le site internet de l’établissement.

Cette expertise peut être partagée au profit des Instituts Nationaux de Statistique et des services statistiques sectoriels.

L’objectif de l’ENSEA est de proposer des modules de formations destinés à renforcer les capacités des statisticiens présents dans ces services mais aussi ceux de leurs collègues non statisticiens afin d’améliorer la production et l’analyse statistique.

Chaque séminaire sous-régional de formation concernera dix-sept (17) auditeurs de la sous-région dont cinq (5) ivoiriens et sera organisé à Abidjan.

Résultats attendus :

  • Quatre (4) séminaires sous-régionaux de formation sont organisés dans les secteurs des statistiques de l’éducation, des statistiques agricoles, de l’analyse de l’économie locale et des statistiques sur l’intégration régionale ;
  • 70 experts de la sous-région sont formés à l’ENSEA dans les secteurs des statistiques de l’éducation, des statistiques agricoles, de l’analyse de l’économie locale et des statistiques sur l’intégration régionale.

Activité 2 : Appui à la formation des jeunes statisticiens africains

Les mutations techniques et technologiques ont fortement bouleversé les systèmes éducatifs, notamment la formation statistique. Un défi permanent auquel sont confrontés les CFS est de demeurer en phase avec ces changements afin de maintenir la qualité des diplômés formés qui doivent demeurer opérationnels et compétitifs. Dans ce sens, les actions concernées s’articulent autour de trois points :

* Le maintien des enquêtes académiques. Ce type d’opération permet d’initier les élèves aux difficultés de la collecte de données et aux nouveaux développements de la pratique des enquêtes statistiques tels que l’usage des PDA ou des tablettes, l’élaboration des systèmes d’information cartographiques. Les bases de données issues de ces enquêtes peuvent servir pour l’initiation à la recherche des élèves, notamment lors des mémoires et des stages. La mise en œuvre de ces enquêtes nécessite l’utilisation de matériel de reprographie afin de permettre un tirage conséquent de questionnaires.

* L’équipement d’une salle informatique. L’outil informatique est devenu au fil des années un élément incontournable pour la recherche et la formation. En économie et en statistique, cela est d’autant indispensable que l’ordinateur permet en un temps réduit de traiter des analyses quantitatives complexes. L’appui de la BAD a permis d’équiper une salle machine. Il s’agit également de l’acquisition de vidéoprojecteurs pour accompagner les efforts d’informatisation et de schématisation des notes de cours fournis par les enseignants. Outre l’aspect équipement hardware, il convient de noter le renforcement de l’aspect software à travers l’acquisition de licences pour leslogiciels statistiques (Stata 14, SPSS 20 et Eviews 8) afin de développer les capacités techniques des étudiants en matière de traitement et d’analyse de grandes bases de données.

* L’organisation de missions d’enseignement. L’harmonisation des enseignements est un impératif pour l’harmonisation des pratiques statistiques en Afrique. A cet effet, les écoles africaines de statistique organisent des réunions annuelles afin de discuter des programmes dispensés. Outre ces réunions, l’ENSEA fait intervenir dans ses enseignements, des professeurs des autres écoles et des experts d’AFRISTAT.

Résultats attendus :

  • Une enquête académique est réalisée ;
  • Deux duplicopieurs sont acquis pour les enquêtes académiques ;
  • 40 tablettes munies de fonction de géolocalisation sont achetées et utilisées pour l’enquête académique ;
  • 40 micro-ordinateurs, 10 vidéoprojecteurs et des licences de logiciels statistiques (Stata 14, SPSS 20 et Eviews 8) sont achetés pour les enseignements en informatique, en analyse statistique et en économétrie ;
  • 3 missions d’enseignement sont réalisées à l’ENSEA

Activité 3 : Consolider les compétences des enseignants et du personnel administratif

Le renforcement des capacités des enseignants dans le domaine de la transmission du savoir est une nécessité pour le maintien de la qualité de la formation. Dans ce sens, l’ENSEA a d’organiser un (01) séminaire pédagogique à l’attention de ses enseignants. Il s’est agi de les former sur la thématique de la mise en place d’un système de formation à distance pour une démultiplication de l’offre de formation continue adressée aux agents des Systèmes Statistiques Nationaux.

Les enseignants ont également perfectionnés dans des domaines statistiques qui font désormais l’objet d’une attention particulière au niveau international afin d’intégrer ces nouveaux modules aux enseignements actuels de l’ENSEA. Il s’agit notamment des statistiques de l’état civil, de l’environnement, de la gouvernance et de la prise en compte du genre. Ils ont aussi participer à des colloques organisés au niveau africain sur ces thématiques nouvelles.

Par ailleurs, depuis quelques années, l’ENSEA a recruté de jeunes diplômés pour renouveler et dynamiser son corps enseignant et pour développer de nouvelles expertises. Dans le cadre de leur promotion au CAMES, ils effectuent des thèses en alternance dans des universités françaises. Trois thèses sont présentement en cours dont deux en statistiques sociales et une en statistique économique. Elles portent plus précisément sur

(i) les comportements sexuels à risque chez les jeunes (statistique de la santé),

(ii) les relations causales entre état de santé et statut d’emploi (statistique de l’emploi), et

(iii) les effets des politiques monétaires non conventionnelles (économie monétaire).

L’appui sollicité a consister à financer pour chaque chercheur, un séjour doctoral de trois mois et devrait aboutir à une meilleure visibilité de l’ENSEA en tant que centre de recherche, avec pour corollaire une participation plus active dans la revue « Journal Africain de la Statistique » éditée par la BAD.

Les activités des services d’appui (la documentation, l’informatique, la scolarité, la communication, la comptabilité) sont essentielles à la qualité des prestations fournies par les CFS. Il importe de recycler les personnels concernés en les formant afin de rendre leurs apports plus déterminants.

Résultats attendus :

  • Un (1) séminaire de formation pédagogique est organisé au bénéfice des enseignants ;
  • Trois (3) enseignants ont pu achever leurs travaux de thèse ;
  • Les capacités des enseignants sont renforcées par le biais de séminaires de formation organisés à l’ENSEA ;
  • Trois (3) enseignants ont participé à des colloques au niveau africain sur des thématiques nouvelles en statistique ;
  • Les capacités de cinq (5) agents administratifs sont renforcées par le biais de participation à des séminaires de formation.

Activité 4 : Gestion du programme

Les impératifs de bonne gestion de programme nécessitent une évaluation finale de l’exécution tant financière que technique du programme. A cet effet, un audit financier du programme a été réalisé.

Résultats attendus :

  • Le programme est audité.

Appui aux écoles de différents pays

Conformément à la recommandation 59 du Cadre Stratégique Régional de Référence pour le renforcement des capacités statistiques en Afrique proposé par la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), de nombreux INS ont sollicité l’ENSEA pour le parrainage de leurs écoles de formation de cadres moyens de statistique. Ces écoles forment chaque année entre 20 et 30 élèves par filière.

L’ENSEA participe au recrutement en fournissant les sujets des concours, en corrigeant les épreuves et en organisant le jury. Le programme de la formation est celui de l’ENSEA et des missions d’enseignement sont effectuées par des enseignants de l’ENSEA. Le jury de fin d’année se tient avec la participation de deux représentants de l’ENSEA. Le diplôme est signé par le Ministre de  tutelle de l’ENSEA. Les expériences en cours sont les suivantes :

  • Au Burkina Faso, la formation, logée à l’ENAREF, a formé plus de 300 cadres moyens depuis 2005. Les Adjoints Techniques formés au Burkina Faso réussissent régulièrement aux concours ITS voie B et poursuivent leur formation à l’ENSEA.
  • A Madagascar, la formation, logée à l’INFA, est ouverte depuis 2010 et a permis de diplômer une centaine de jeunes. Il est prévu que ce centre accueille à terme des ressortissants de l’Union des Comores.
  • Avec le Niger, le partenariat est établi depuis 1984. Les formations sont ouvertes ponctuellement selon les besoins de l’INS du Niger.
  • L’appui au Togo n’a commencé qu’en janvier 2016 et a permis de former 14 cadres de la statistique

Ouverture vers les espaces anglophones

L’anglais est la première langue officielle la plus parlée aujourd’hui dans le monde entier. L’ouverture vers les pays anglophones devient une nécessité absolue pour l’image de marque dont a toujours jouit l’ENSEA. La barrière linguistique est vite brisée par la formation linguistique (Anglais & Français) dispensée efficacement par des enseignants rompus à la tâche et un laboratoire de langues à la pointe de la technologie.

L’ENSEA accueille déjà des étudiants provenant d’Afrique du Sud et du Libéria. L’objectif est d’élargir cette ouverture à d’autres pays anglophones. Une mission du CEA se rendra en Gambie et en Sierra Leone au deuxième semestre de 2019 à l’effet d’identifier les besoins de formation en statistique et de proposer des modalités d’accès des étudiants originaires de ces pays dans les filières de masters.

Pour accélérer l’intégration des étudiants anglophones, un programme linguistique intensif homologué a été mis en place. Des consultants linguistiques (Français & Anglais) ont été recruté pour la circonstance.